Retour sur la demi-finale de D3 féminine de triathlon à Angers, le samedi 22 juillet 2017

Tiff, Céline et Gaëlle.

Trois représentantes du Quimper triathlon ont fait le déplacement à Angers, samedi 22 juillet 2017, pour y disputer la demi-finale des clubs de 3e division.

Pas le droit à l’erreur pour Gaëlle Kerjose, Tiffany Kerhervé et Céline Ghezaiel. Heureusement, pas de pépins, elles terminent respectivement 36e (1h14’45), 50e (1h15’40) et 52e (1h16’04).

Au classement par équipes le club pointe à la 17e place (sur 20), mais les filles restent positives. La course avec draffting sur une boucle de 5 tours ne permettait pas de faire la différence en vélo. Tout se jouait en natation et en course à pied.

Les commentaires

Tiff
“Je manquais un peu d’entraînement. Je n’avais pas fait grand-chose ces dernières semaines. Je n’ai pas fait une très bonne natation. Après, c’était une course vélo qu’on n’a pas l’habitude de faire, en peloton. Ensuite, j‘ai souffert en course à pied. J’ai trouvé le parcours long et dur. L’an prochain, il faut revenir plus entraînées  (de là à ne pas aller aux Vieilles Charrues ni au Festidreuz)”.

Gaëlle
“Très bon tri. J’ai aussi découvert le niveau de la D3.  Ça fait bizarre de nager dans la masse. D’habitude, il n’y a pas autant de monde avec moi. Je paie un peu le manque d’entraînement. En vélo, c’est bien de pouvoir rouler en paquet. J’ai pris le départ vélo dans un petit groupe de 3 et on a fini à 10. La course à pied ? Dure. J’ai essayé de maintenir ma place.  C’est une bonne expérience.  À refaire!”

Céline
“Angers, c’était un objectif. J’ai pas mal tanné les filles pour faire la D3 parce que la demi-finale, c’est une course à faire. Pas dans l’objectif de monter en D2, on en est loin, mais il y a une bonne densité de niveau et ça change tout. La natation… Je crois que j’ai nagé à mon niveau, c’est-à-dire pas top. À vélo, je suis au début un peu en retard et je fais l’effort pour rattraper un petit groupe. Ensuite, une fille de Saint-Quentin me double, je prends sa roue et elle me ramène consécutivement sur 2 groupes. Cool. On rattrape même Tiff ! Par contre, on est presque 30, donc c’est le bordel. Même un peu dangereux parfois. À chaque tour, je me place pour faire le demi-tour en tête, par sécurité. Quand je descends du vélo, j’ai les cuisses en feu. La course à pied est difficile. Pas le parcours, mais j’ai les jambes en coton. J’ai Tiff devant et j’essaie simplement de maintenir l’écart. On repart motivées pour l’an prochain. En espérant que cette foi,s les garçons seront aussi de la partie !”